L’empreinte écologique du Luxembourg – édition 2010

Se basant sur des données de l’année 2005, le CSDD présente en 2010 une première étude sur l’empreinte écologique du Luxembourg, menée par le Centre de Ressources des Technologies pour l’Environnement (CRTE/CRP Henri Tudor). Les auteurs y trouvent que l’empreinte écologique du Grand-Duché est de 5.549.008 hectares globaux (hag), soit 11,82 hag par habitant (hag/hab.). En même temps, le Luxembourg ne dispose que d’une biocapacité totale de 898.796 hag, ce qui correspond à 1,91 hag/hab.

 

Au vu de la particularité de la situation du Luxembourg, l’étude s’intéresse également à la contribution des travailleurs frontaliers ainsi que des ventes de carburants aux non-résidents à l’empreinte totale. Ainsi, la part de l’empreinte attribuable à la consommation des frontaliers représente 16 pour cent de l’empreinte nationale. En ce qui concerne le phénomène du « tourisme à la pompe », la part des résidents constitue à peine 22 pour cent de la vente de carburant contre 78 pour cent de ventes aux non-résidents. En conclusion, l’empreinte écologique des résidents du Luxembourg représente 62 pour cent de l’empreinte nationale, soit 7,32 hag/hab. – un chiffre qui reste toutefois préoccupant lorsqu’il est rapporté à la biocapacité du pays.

Dernière mise à jour